Élections législatives verrouillées et pression maximale en Russie

Publié le :

Le scrutin pour les législatives a débuté, jeudi 16 septembre au soir, dans l’extrême est du pays et se prolonge jusqu’au dimanche 19 septembre. La popularité du parti au pouvoir n’a jamais été aussi basse avec moins de 30% d’opinions favorables. Mais, avec la répression de l’opposition et la pression sur les médias, le Kremlin a tout fait pour s’assurer de la victoire.

De notre correspondante à Moscou,

En Russie, la pression maximale s’exerce jusqu’au bout. On avait commencé à voter depuis plusieurs heures dans l’Extrême-Orient, quand on a appris, vendredi 17 septembre, que Google et Apple avaient cédé à la pression des autorités russes et supprimé l’application « vote intelligent ». Cette application permettait de repérer, à la suite des recommandations du camp Navalny, le candidat le plus à même de battre celui du pouvoir.

« Les structures et les personnalités liées à Apple et à Google doivent être conscientes que leurs actions illégales auront inévitablement des conséquences juridiques pour eux, y compris pénales » : ce sont les propos d’un sénateur du parti au pouvoir, cité par l’agence russe Interfax.

Les alliés d’Alexeï Navalny, eux, l’affirment : ils contestent la décision des deux compagnies américaines et entendent entamer des poursuites judiciaires et proposent déjà une parade : la chaîne Telegram du vote intelligent indique où et comment trouver les informations pour voter contre le pouvoir.

► À lire aussi : Russie: la pression s’accroît sur les géants du numérique à la veille des législatives

De toute façon, avec des centaines de candidatures bloquées et un Navalny en prison, la campagne n’a pour ainsi dire jamais existé. Pour donner une allure de pluralisme à ce vote, on a bien assisté à l’arrivée de plusieurs nouveaux partis et de nouveaux candidats pas toujours très à l’aise. Au début du mois, on a ainsi vu un candidat débutant demandant à quitter un plateau télévisé au tout début de sa présentation. Peu de téléspectateurs ont d’ailleurs pu visionner ce moment : le programme était présenté tôt le matin ou tard le soir, et quasiment rien ne figurait sur les sites internet des télévisions.

Peu de suspense

Dans ce contexte, le suspense est pour le moins limité : il concerne le niveau de participation et le résultat des communistes : le parti KPRF, c’est l’opposition dite « systémique », tolérée par le Kremlin, représentée au Parlement et loyale sur l’essentiel. En parlant pouvoir d’achat et retraites, ils ont toutefois réussi à incarner une forme de vote sanction et attirer des électeurs qui n’adhèrent pas nécessairement à leur rhétorique.

Une enseignante rencontrée à Nijni Novgorod explique ainsi : « Je vais voter pour les communistes, parce que leurs chances contre le parti au pouvoir sont les plus élevées, ce sont vraiment ceux qui peuvent avoir le plus de voix. Je ne vais pas dire que c’est un parti qui me comble, mais je préfère encore voter pour eux. Ce n’est vraiment pas un choix du cœur, mais puisque je pense qu’il faut montrer au pouvoir que nous ne sommes pas d’accord, tous les moyens sont bons. Le pouvoir ne nous comprendra jamais, mais cela ne veut pas dire que nous devons arrêter d’essayer. De toute façon, c’est le seul moyen pacifique d’exprimer sa protestation ».

La stratégie Navalny : voter pour les communistes

C’est d’ailleurs la stratégie arrêtée par le camp Navalny, qui a recommandé le plus souvent de porter ses voix sur un candidat communiste. Un choix qui a suscité le débat et qui divise dans l’opposition et qui pourrait générer une déperdition de voix. Selon Andreï Kolesnikov, chercheur au Carnegie Institute, « pour les gens qui croient aux idées libérales, à la démocratie, et qui ont vécu sous le communisme, il est important de ne pas participer aux élections de manière presque technique, mais de voter sur le fond. Pour eux, il ne reste qu’un seul parti qui soit encore autorisé à participer aux élections, c’est le parti Iabloko, qui est de centre gauche. Une partie de ces gens va maintenir son vote pour ce parti ».

À quoi servent donc ces élections verrouillées et sans aucune chance pour l’opposition ? Bien plus qu’à afficher une simple façade démocratique en tout cas, juge Andreï Kolesnikov : « C’est une manière de faire comprendre aux Russes : « Hey regardez, vous êtes dans la majorité : vous avez voté pour nous et vous nous avez légitimés. Ce n’est pas seulement vos voisins, votre entourage, il y a énormément de gens qui ont voté pour nous. Regardez les chiffres ! Ils sont trop élevés ! ». Et les gens vont penser : « C’est vrai, que puis-je faire avec ce régime ? La majorité est toujours pour Poutine, donc c’est mieux pour moi d’être avec le courant dominant et pas avec la minorité ». »

Les pressions pour voter dans certaines entreprises, l’absence d’accès libre aux caméras dans les bureaux de vote, les doutes sur le scrutin sont pourtant déjà là. D’autant qu’il n’y aura pas de mission d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) : la Russie, pour motif de Covid-19, a souhaité une délégation réduite, trop petite pour assurer un travail correct, a jugé l’organisation.

► À écouter aussi : Russie: ces habitants qui se sentent désabusés de la politique (4/4)

 

Kiev dénonce la tenue du scrutin dans l’Est séparatiste de l’Ukraine

Kiev a dénoncé jeudi la tenue des élections législatives russes en Crimée annexée par Moscou, ainsi que la participation à ce vote des habitants de l’Est séparatiste prorusse de l’Ukraine. « Une violation du droit international, a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne. Car pour les habitants de la République autoproclamée de Donetsk, tout est mis en place pour faciliter le vote en Russie. »

600 000 passeports distribués dans l’Est séparatiste de l’Ukraine à Donetsk comme à Lougansk, c’est sans doute 600 000 voix légitimistes pour le pouvoir des suffrages dont Moscou a décidé de prendre soin. Ces électeurs fraîchement reconnus comme Russes pourront voter soit en ligne soit à Rostov-sur-le-Don. Pour les 825 bus et 12 trains de voyageurs prévus pour faire le trajet entre la République de Donetsk et cette ville du sud de la Russie, le passage aux frontières sera simplifié.

Début août dernier, la présidente de la commission électorale russe faisait ce rappel : ce ne sont pas des territoires qui sont appelés à voter mais des citoyens devenus russes. Ça n’a pas empêché le chef de la République autoproclamée de Donetsk de déclarer ce jeudi : « Ce vote est une autre étape sur la voie de l’intégration du Donbass dans la Fédération de Russie. »
AEJ
 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × trois =